Les femmes victimes de violence conjugale au Québec : examen des caractéristiques de la femme, de l’homme et de la relation

Les femmes victimes de violence conjugale au Québec : examen des caractéristiques de la femme, de l’homme et de la relation

Les femmes victimes de violence conjugale au Québec : examen des caractéristiques de la femme, de l’homme et de la relation

Les femmes victimes de violence conjugale au Québec : examen des caractéristiques de la femme, de l’homme et de la relations

| Ajouter

Référence bibliographique [11229]

Ouellet, Frédéric et Cousineau, Marie-Marthe. 2014. «Les femmes victimes de violence conjugale au Québec : examen des caractéristiques de la femme, de l’homme et de la relation». Dans Violence envers les femmes. Réalités complexes et nouveaux enjeux dans un monde en transformation , sous la dir. de Maryse Rinfret-Raynor, Lesieux, Élisabeth, Cousineau, Marie-Marthe, Gauthier, Sonia et Harper, Elizabeth, p. 117-134. Coll. «Problèmes sociaux et interventions sociales». Québec: Les Presses de l’Université du Québec.

Fiche synthèse

1. Objectifs


Intentions :
«Ce chapitre s’intéresse aux différentes dimensions de la violence conjugale et tente de départager l’importance de leur influence sur les risques de victimisation conjugale des femmes québécoises. Plus précisément, nous voulons déterminer l’influence qu’exercent les caractéristiques des femmes, des conjoints et de la relation sur les probabilités que celles-ci soient victimes de violence conjugale. On cherche à savoir si la probabilité qu’un évènement se produise (ici la violence conjugale) est plus élevée lorsqu’un ou plusieurs facteurs de risque y sont associé.» (p. 120)

2. Méthode


Échantillon/Matériau :
«Les données utilisées proviennent de l’Enquête sociale générale (ESG) de 2009 produite par Statistique Canada. Nous examinons plus précisément le Cycle 23 de l’ESG – Victimisation» (p. 120) «La présente recherche s’intéresse à un sous-échantillon de l’ESG; soit aux femmes résidentes du Québec qui étaient en couple au moment de l’interview. Au bout du compte, l’examen des facteurs associés à la probabilité de victimisation en contexte conjugal porte sur la déclaration de 1028, soit 5,3% des répondants [de l’ESG].» (p. 121)

Instruments :
Sondage

Type de traitement des données :
Analyse statistique

3. Résumé


«Depuis que la violence conjugale n’est plus considérée comme une problématique du domaine privé – au début des années 1970, les féministes ont grandement contribué à rendre celle-ci publique – de nombreux chercheurs de diverses disciplines se sont efforcés d’accroître les connaissances sur ce phénomène.» (p. 117) Les résultats de la présente recherche «permettent d’identifier cinq caractéristiques des femmes qui sont associées à l’occurrence de la violence conjugale: l’âge, un travail rémunéré, les épisodes de consommation excessive d’alcool, une incapacité physique ou mentale, la prise de médicaments et le sentiment d’insécurité. En ce qui a trait aux caractéristiques des conjoints actuels, à l’instar des caractéristiques des femmes, on constate que l’occupation d’un travail rémunéré et les épisodes de consommation excessive d’alcool sont deux éléments qui prédisent la victimisation des femmes dans un contexte conjugal. Pour les caractéristiques de la relation, seul le statut matrimonial entretient un lien avec la violence conjugale. Les femmes mariées sont plus à risque.» (p. 125)