Trajectoires sociomigratoires de familles d’origine haïtienne à Montréal

Trajectoires sociomigratoires de familles d’origine haïtienne à Montréal

Trajectoires sociomigratoires de familles d’origine haïtienne à Montréal

Trajectoires sociomigratoires de familles d’origine haïtienne à Montréals

| Ajouter

Référence bibliographique [11192]

L’intégration des familles d’origine immigrante : les enjeux sociosanitaires et scolaires , sous la dir. de Fasal Kanouté et Lafortune, Gina, p. 11-28. Montréal: Les Presses de l’Université de Montréal.

Fiche synthèse

1. Objectifs


Intentions :
«Cette recherche [a] pour objectif de documenter des trajectoires socioscolaires d’élèves du secondaire en situation de réussite (4 cas), de difficulté (4 cas) ou de décrochage scolaire (3 cas), de décrire leur rapport à l’école et aux savoirs scolaires et d’identifier les éléments d’appartenance (sexuelle, sociale, ethnoculturelle) et de contexte (familial, scolaire, communautaire) qui structurent ce rapport à l’école et aux savoirs.» (p. 12)

2. Méthode


Échantillon/Matériau :
«Des entretiens individuels ont été réalisés avec chaque jeune [11], puis avec des personnes significatives de leur entourage qui ont joué un rôle dans leur parcours (parents, enseignants, intervenants scolaires et communautaires).» «[L]e recrutement s’est fait par l’intermédiaire d’organismes communautaires œuvrant dans les quartiers multiethniques de la région nord de Montréal […] Pour 9 des onze cas, nous avons pu réaliser un entretien avec l’un des parents.» (p. 12)

Type de traitement des données :
Analyse de contenu

3. Résumé


«L’immigration est toujours une histoire de rupture: toutes les familles le mentionnent.» (p. 13) «Pour certaines familles, la rupture se traduit […] dans la perte d’un statut social ou professionnel […] pour d’autres, le départ d’Haïti représente une rupture salutaire qui ouvre sur de nouvelles possibilités.» (p. 16) À la suite des entretiens, l’auteure mentionne que «[l]a vie des familles au Québec tourne principalement autour des enfants. Assurer la sécurité, le bien-être et l’avenir de ces derniers est au cœur du projet migratoire et les familles évaluent la réussite du projet à la lumière de ces enjeux. Ainsi, leur plus grande fierté réside dans la réussite scolaire et socioprofessionnelle de leurs enfants, et leur plus grande peur dans le décrochage scolaire et la délinquance.» (p. 22) L’auteure conclut que «les trajectoires sociomigratoires des familles […] sont plurielles et diversifiées. Plurielles parce qu’elles sont susceptibles d’être analysées sous différents angles […] et diversifiées parce que chaque trajectoire est marquée par le vécu singulier de la famille avant et après l’immigration, suivant les ressources personnelles, sociales et culturelles dont elle dispose et qu’elle peut mobiliser.» (p. 27)