Étude sur les impacts sociaux des activités de la Société d’habitation du Québec

Étude sur les impacts sociaux des activités de la Société d’habitation du Québec

Étude sur les impacts sociaux des activités de la Société d’habitation du Québec

Étude sur les impacts sociaux des activités de la Société d’habitation du Québecs

| Ajouter

Référence bibliographique [11090]

Québec. Aecom. 2011. Étude sur les impacts sociaux des activités de la Société d’habitation du Québec. Québec: Gouvernement du Québec, Société d’habitation du Québec.

Accéder à la publication

Fiche synthèse

1. Objectifs


Intentions :
«Cette étude servira de document de base pour accompagner la SHQ [Société d’habitation du Québec] dans sa réflexion stratégique. [Le document] se divise ainsi en trois parties: une analyse des impacts économiques, sociaux et territoriaux des activités de la SHQ; une analyse prospective de l’offre et de la demande de logements; une réflexion sur les pistes d’intervention de la SHQ.»

2. Méthode


Échantillon/Matériau :
Données documentaires diverses

Type de traitement des données :
Analyse statistique

3. Résumé


Ce document renseigne sur différentes caractéristiques des familles québécoises en lien avec l’habitation. À titre d’exemple, le rapport mentionne que «[l]a part du revenu consacrée au logement (taux d’effort) a une incidence déterminante sur la situation économique des ménages et sur leur capacité à se procurer d’autres biens essentiels (nourriture, vêtements, transport). […] Les données de recensement de Statistique Canada révèlent aussi que ce sont les ménages formés d’une personne (29 %) et les familles monoparentales (23 %) qui présentent les taux d’effort médian les plus élevés. À titre comparatif, les couples avec et sans enfants ont un taux de 18 %.» (p. 26) Il est également question du logement social qui aurait «un effet positif sur la réussite scolaire des enfants. Son effet stabilisateur sur la vie des familles contribue à créer les conditions propices à cette réussite.» (p. 30) Au terme de cette recherche, les auteurs concluent que «les programmes de la SHQ ont une incidence directe sur la situation socio-économique des ménages. […] Ils contribuent à réduire le stress des ménages, entre autres, dans des situations de crises comme dans le cas de femmes et d’enfants victimes de violence familiale.» (p. 48)