L’usage de substances psychoactives chez les jeunes Québécois : meilleures pratiques de prévention

L’usage de substances psychoactives chez les jeunes Québécois : meilleures pratiques de prévention

L’usage de substances psychoactives chez les jeunes Québécois : meilleures pratiques de prévention

L’usage de substances psychoactives chez les jeunes Québécois : meilleures pratiques de préventions

| Ajouter

Référence bibliographique [11045]

L’usage de substances psychoactives chez les jeunes Québécois : meilleures pratiques de prévention. Montréal: Direction du développement des individus et des communautés, Institut national de santé publique Québec, Direction du développement des individus et des communautés.

Accéder à la publication

Fiche synthèse

1. Objectifs


Intentions :
«Cette revue de la littérature scientifique vise à identifier les interventions efficaces pour réduire la consommation d’alcool et de cannabis des jeunes de 10 à 24 ans ainsi que les conséquences négatives de cette consommation. Ces interventions peuvent s’inscrire dans des pratiques de prévention universelle, sélective ou indiquée ainsi que dans l’une ou l’autre des actions de promotion de la santé.» (p. 9)

2. Méthode


Échantillon/Matériau :
Données documentaires diverses

Type de traitement des données :
Réflexion critique

3. Résumé


En résumé, «les interventions familiales visent, en général, à développer des compétences parentales et aider au bon fonctionnement de la famille, à la communication et à l’instauration de règles familiales au regard de l’usage des substances; de façon générale, la taille de l’effet des interventions familiales est modeste, mais consistante et persistante à moyen et long terme; l’effet positif de la supervision parentale dépend de la qualité de la relation parent enfant; les programmes qui visent à développer des stratégies pour impliquer les adolescents dans les activités familiales, maintenir un bon climat familial et gérer les conflits semblent plus intéressants que ceux qui mettent l’emphase sur les mauvais usages de substances.» (p. 19)