Relations entre le niveau de vie, la fécondité et les besoins non satisfaits en matière de planification familiale en Guinée

Relations entre le niveau de vie, la fécondité et les besoins non satisfaits en matière de planification familiale en Guinée

Relations entre le niveau de vie, la fécondité et les besoins non satisfaits en matière de planification familiale en Guinée

Relations entre le niveau de vie, la fécondité et les besoins non satisfaits en matière de planification familiale en Guinées

| Ajouter

Référence bibliographique [10585]

Kourouma, Nounké. 2011. «Relations entre le niveau de vie, la fécondité et les besoins non satisfaits en matière de planification familiale en Guinée». Thèse de doctorat, Montréal, Université de Montréal, Département de démographie.

Accéder à la publication

Fiche synthèse

1. Objectifs


Intentions :
«Un premier objectif de cette thèse est de combler l’insuffisance des recherches sur les causes de la variation de la fécondité et ses variables proches en Guinée. Il s’agit ensuite d’identifier les principaux déterminants de la fécondité et des besoins non satisfaits en matière de planification familiale en mettant un accent sur le niveau de vie des femmes dans leur ménage.» (p. 68)

Questions/Hypothèses :
Les hypothèse sont les suivantes: «[1] le niveau de vie serait associé à la fécondité en Guinée et dans cette relation, les pauvres auraient plus d’enfants que les autres couches de la société; [2] Cette relation pourrait être directe ou indirecte à travers des caractéristiques socio-économiques […] ou par le biais des facteurs socioculturels comme la religion; [3] Les relations mentionnées ci-dessus seraient différentes non seulement d’une zone géographique à l’autre du pays, mais aussi d’une année d’enquête à l’autre; [4] Le niveau de vie serait associé aux besoins non satisfaits en matière de planification familiale en Guinée et dans cette relation, les pauvres éprouveraient plus de besoins non satisfaits que les autres couches de la société; [5] Les caractéristiques socio-économiques et certains comportements devraient contribuer à l’explication de cette hétérogénéité des besoins non satisfaits en matière de planification familiale entre les femmes selon le niveau de vie. […]; [6] les relations présumées ici seraient différentes d’un milieu de résidence à l’autre tout comme d’une année d’enquête à l’autre et dans la mesure du possible.» (p. 74-75)

2. Méthode


Échantillon/Matériau :
«Dans cette thèse, nous avons choisi de travailler sur les données des enquêtes démographiques et de santé ’Demographic and Health Surveys (DHS)’ réalisées par la Guinée consécutivement en 1999 et 2005». (p. 94)

Type de traitement des données :
Analyse statistique

3. Résumé


«Les résultats des analyses descriptives montrent une faible fécondité chez les femmes issues des classes riches par rapport aux femmes pauvres et une diminution de leurs besoins non satisfaits en matière de planification familiale. Ces relations qui se sont révélées très statistiquement significatives en 1995-1999 quelque soient les milieux de résidence, ont disparu presque dans les analyses multi-variées, après avoir contrôlé certaines caractéristiques socio-économiques, démographiques et culturelles. Dans ces analyses multi-variées, l’éducation de la femme et la pratique contraceptive se sont révélées particulièrement déterminantes pour la fécondité. Par ailleurs, l’éducation de la femme, a été également un facteur important pour les besoins non satisfaits en matière de planification familiale. Il en est de même pour son âge, sa parité, sa religion, la discussion du couple sur la planification familiale, l’attitude du conjoint vis-à-vis de la planification familiale et de l’exposition aux messages sur la planification familiale qui restent aussi d’importants facteurs des besoins non satisfaits en matière de planification familiale. Le terme d’interaction groupe d’âge et le nombre d’enfants en vie, s’est avéré, lui aussi fortement significatif indiquant que l’effet de la parité sur les besoins non satisfaits en matière de planification familiale ne prend pas le même sens selon le groupe d’âge auquel appartient la femme.» (p. i-ii)