Facteurs associés à la rétention des signalements impliquant un abus sexuel

Facteurs associés à la rétention des signalements impliquant un abus sexuel

Facteurs associés à la rétention des signalements impliquant un abus sexuel

Facteurs associés à la rétention des signalements impliquant un abus sexuels

| Ajouter

Référence bibliographique [1044]

Child Abuse & Neglect, vol. 33, no 12, p. 888-896.

Fiche synthèse

1. Objectifs


Intentions :
« [...] [L]’objectif de l’étude est d’examiner les facteurs associés à la décision de retenir ou non les signalements concernant des abus sexuels, et ce, à partir d’un échantillon représentatif des signalements faits à la protection de la jeunesse au Québec. » (p. 890)

2. Méthode


Échantillon/Matériau :
« L’échantillon final comprenait 849 signalements concernant 849 enfants impliqués dans une situation d’abus sexuel, dont 401 signalements qui n’ont pas été retenus et 448 signalements qui ont été retenus pour fins d’évaluation. » (p. 891)

Instruments:
Formulaires d’enquêtes (le formulaire RTS / US et le formulaire É / O) élaborés pour l’Étude d’incidence québécoise (EIQ) en 1998.

Type de traitement des données :
Analyse statistique

3. Résumé


Cette étude se penche sur la question des signalements d’abus sexuels faits à la protection de la jeunesse du Québec. Plus précisément, elle tente de dégager les principaux facteurs influençant la décision de retenir ou non ces signalements. Les variables associées à la rétention ou non des signalements d’abus sexuels se regroupent en différentes catégories : les caractéristiques de l’enfant, de la famille et de la situation signalée, les caractéristiques du signalement et les caractéristiques des services. « Les signalements faits à la protection de la jeunesse à propos d’une situation d’abus sexuel sont davantage susceptibles d’être retenus dans les cas où le signalement implique : (a) un enfant de sexe féminin, (b) plus d’un enfant d’une même famille, (c) la présence de troubles de comportement, (d) un signalement reçu par les services courants de RTS [réception et traitement des signalements], et (e) plus d’un signalant. De plus, le signalement est moins souvent retenu lorsque : (a) la source du signalement est anonyme, (b) la source du signalement est « autre », (c) la source du signalement est le père, (d) la source du signalement est un policier, et (e) il y a une référence personnalisée au CJ [centre jeunesse]. » (p. 893)