La réussite scolaire des jeunes québécois issus de l’immigration au secondaire

La réussite scolaire des jeunes québécois issus de l’immigration au secondaire

La réussite scolaire des jeunes québécois issus de l’immigration au secondaire

La réussite scolaire des jeunes québécois issus de l’immigration au secondaires

| Ajouter

Référence bibliographique [10148]

La réussite scolaire des jeunes québécois issus de l’immigration au secondaire. Coll. «Publication CMQ-IM - numéro 47». Montréal: Centre Métropolis du Québec. Immigration et métropoles.

Accéder à la publication

Fiche synthèse

1. Objectifs


Intentions :
«L’étude vise d’abord à effectuer un bilan du cheminement scolaire ainsi que de la participation et de la performance dans diverses matières des cohortes des élèves québécois de première et de deuxième générations qui ont commencé leur secondaire en 1998 et en 1999. […] Le second objectif, tout aussi crucial, vise à mieux comprendre les facteurs qui influencent ces phénomènes à partir des informations sur les élèves et les écoles, disponibles dans les bases de données ministérielles.» (p. 19)

2. Méthode


Échantillon/Matériau :
«[N]otre groupe cible, soit les élèves nés à l’étranger ou dont au moins un des deux parents est né à l’étranger, compte 31 119 élèves, parmi lesquels 77,4 % fréquentent le secteur français et 22,6 %, le secteur anglais.» (p. 20) Les données utilisées proviennent du ministère de l’Éducation, du Loisir et du Sport (MELS).

Type de traitement des données :
Analyse statistique

3. Résumé


«La présente étude permet de dégager plusieurs constats relatifs au cheminement et à la performance scolaires des élèves issus de l’immigration et aux facteurs qui les influencent et d’en faire ressortir quelques incidences sur le plan des politiques et des programmes. Tout d’abord, […] bien que leurs caractéristiques de départ soient nettement moins favorables, les élèves de première et de deuxième générations ne constituent pas […] une population à risque élevé d’échec scolaire au sein du système scolaire québécois, […].» (p. 133) «Au-delà de ces caractéristiques spécifiques, l’étude a également révélé que divers facteurs […] représentent des obstacles supplémentaires à la réussite des élèves de première et de deuxième générations […]. [Des] variables jouent aussi un certain rôle, mais de manière moins cohérente d’un secteur à l’autre ou de façon moins marquée chez le groupe cible que chez le groupe contrôle. Il s’agit, entre autres, du statut social des familles, du fait de changer souvent d’école et de fréquenter une école privée, une école de milieu défavorisé ou une école à forte densité du groupe cible. Dans certains cas, cet impact limité, ou différentiel selon le secteur ou le groupe considéré, paraît lié aux caractéristiques des familles immigrantes et du processus migratoire. Ainsi, il est clair que pour les élèves issus de l’immigration, le changement d’école peut être un indicateur de promotion sociale et qu’à l’inverse le statut social actuel des familles et la fréquentation subséquente d’une école de milieu défavorisé ne sont pas des indicateurs aussi adéquats du capital culturel de la famille que chez le groupe contrôle.» (p. 135-136)